La flemme de réussir

1509408963690

L’attente est passive, la persévérance non.

  • C‘est un aspect de la dépression et en un sens plus large, de la déprime – cette angoisse d’échouer après tant d’efforts, ce rejet du faux espoir qui dégoûte et qui fait baisser les bras.
  • Cette supercherie de la caboche qui fait croire qu’on donne tout ce qu’on a alors qu’on ne sort pas un iota de ses capacités. On croit être incapable de faire plus, alors qu’on s’interdit de faire la moindre chose. On ne fait que l’effort de se lamenter en rêvant de cet utopique but. « Bah.. j’en ai pas les moyens; j’en suis incapable; c’est impossible, c’est trop dur; la vie fait tout pour m’en empêcher ». Mais y a que toi qui t’en empêche et qui te freine à ce point-là! Faut pas, faut pas avancer avec les chaînes aux pieds, faut pas attraper ton rêve avec les mains menottées !
  • Bien sûr que le rêve n’est qu’une illusion tant que tu n’y as pas touché; mais la persévérance n’est pas veine, elle t’emmène au but par des chemins périlleux mais c’est l’aventure, c’est l’expérience, c’est pour la récompense ! L’attente et vaine et frustrante à souhait !
  • On attend que les choses se passent, que les choses arrivent, on est que spectateurs outrés devant leur télé, alors que des chaussures, c’est pour arrêter d’avoir mal aux pieds. On a mal aux pieds quand on marche trop, mais on se muscle et on va loin et jusqu’au but. Être acteur de sa propre vie, c’est fatiguant, mais c’est fatiguant aussi de ne rien faire. Je préfère être fatiguée de fatigue plutôt que de pleurer parce que rien est arrivé. Et même si le but n’est pas atteint, j’aurais essayé et surtout j’aurais appris ! J’aurais aimé, j’aurais détesté mais j’aurais pas attendu à m’ennuyer et à désespérer. L’impuissance est encore plus douloureuse lorsqu’elle est incitée!
  • Quand on ne fait rien, rien ne se passe; quand on essaie, les choses qui arrivent ne sont peut-être pas attendues mais il se passe quelque chose !
  • Des petits pas valent mieux que pas de pas du tout !
  • Des choses étonnantes se réalisent grâce aux efforts, même aux tout petits ❤
  • Et quand les petits efforts ne suffisent plus, place aux plus grands ! Parce que les talents, les capacités et les dons sont des muscles qu’il faut entretenir et travailler afin qu’ils soient de plus en plus fort.
  • Le pas le plus dur, c’est celui de se lever, ensuite c’est de rester debout, puis d’aider le second pas et de motiver tous les autres ! C’est une course aux cadeaux! Des cadeaux que l’on se fait à soi par la sueur de son âme et par l’amour que l’on porte à la vie.

2 réflexions sur “La flemme de réussir

Je t'écoute petit lapin ! :) ♥

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s