Coin lecture #3

ouais oaus iuais

Bonjour bonjour les petits loups! ❤

Aujourd’hui parlons Japon, parlons Geishas. Ce pays et cette spécificité me fascinent depuis plusieurs années déjà, et j’admire sincèrement la force et l’élégance que peuvent et doivent avoir ces femmes. Ainsi, après de multiples recherches et livres, j’ai dévoré en 3 petits jours « Ma vie de Geisha« , de Mineko Iwasaki – cette dernière parle de ses nombreuses années en tant que geisha à Gion-Kobu où elle mêle souvenirs d’enfance, sentiments enfouis et complexité relationnelle avec l’entourage. Elle parle également de choix difficiles et décisifs de la vie, les drames et les succès rencontrés durant tout son parcours.

L’histoire tourne donc autour de chaque étape que doit suivre une geisha en tant qu’enfant, ado et adulte avec toute la complexité des relations officielles et personnelles qui se créer et les devoirs de ces femmes dévouées. L’auteure brise alors, à travers ses yeux, les clichés sur leur façon de vivre et sur ce milieu, et enrichit le tout avec des faits historiques très intéressants et passionnants! Rencontres et complications se succèdent parmi les réflexions de la narratrice et la persévérance.

Ce livre est bourré de morale et il est très intéressant de voir grandir le personnage avec lequel on réfléchit – à la réaction que l’on aurait pu avoir à sa place – et laisse place à quelques questions existentielles.

Personnellement, j’ai vraiment adoré, je n’avais aucune envie de m’arrêter de lire et j’avoue avoir ressenti un certain élan de motivation; en effet, je trouve que cet oeuvre motive à persévérer dans ce que l’on aime malgré tous les obstacles (il est vrai que son histoire pousse à l’admiration) et les problèmes de la vie. De plus, il montre que l’acharnement paye toujours et que la roue tourne pour les personnes ayant été néfastes à notre bien être et à notre bonheur.

En bref, une raison de plus pour admirer et avoir un profond respect pour ce magnifique pays et en particulier ces femmes.

53772

Les mots qui te parlent #7 – G: Gentillesse

Snapshot_20160617_2

La gentillesse est quelque chose de beau et semble pure mais est pourtant si controversée.

Quelqu’un de profondément gentil attire l’admiration comment peut-il/elle être aussi beau/belle intérieurement dans un monde si dur? -Est-ce faux? Est-ce surjoué? Est-ce honnête et sincère?

Beaucoup fuient les personnes gentilles par méfiance, ainsi ces dernières souffrent ou décident de rentrer dans le moule en prônant l’individualisme et l’égocentrisme. Et ainsi disparaissent peu à peu les êtres bons.

Pourquoi être gentil? Pour la vie en communauté? Pour son propre moral? Pour arriver à ses fins? L’homme est-il bon de nature ou apprend-il à être gentil? En tout cas, l’Homme est affectueux souvent lorsqu’il attend un retour précis. Alors profitons de l’affection qui nous est donnée et soyons bon le plus sincèrement possible, parce que c’est beau. Parce que ça fait du bien malgré tout, et parce que l’on veut de l’authenticité et non de la comédie ou de la tromperie.

Gentillesse, admirée faiblesse,

Que l’on a en soi, tout au fond de soi,

Que l’on aime offrir par des tours de magie,

Parce que ça les fait sourire et nous fait sourire!

Parce que ça fait boom dedans!

C’est le médicament du temps,

Lorsque les jolies pensées reviennent,

Et apaisent les petites et lourdes peines.

Personne gentille devient modèle,

Et par transmission la vie est belle!

Je n’aime que la gentillesse;

De part en part elle transperce ,

Et enivre le destinataire!

Et fait respirer la terre et l’univers!

Mais lorsque mensonge se mêle…

Un fort goût de sel,

Au bout de la langue et dans le cœur,

Tout devient gris, hostile et fait peur…

Affront à la beauté!

Qui nourrit l’espoir balayé,

Des personnes prêtes à payer

la gentillesse par la souffrance. 

200 (9)

Les mots qui te parlent #6 F: Force

Capture d'écran 2016-06-11 21.22

La force est la base solide de toute vie.

La force, c’est la chose qui maintient un être debout, la chose qui le fait avancer même à terre, la chose qui brûle les personnes néfastes dans notre vie. La force est belle, la force est liberté, la force est soi tout entier.

Parfois il y a des événements qui brisent la façon dont nous voyons le monde, ainsi nous perdons tous nos repères et nous ne comprenons pas pourquoi. Il n’y a pas de pourquoi. C’est sans doute la vie qui nous demande juste d’évoluer, d’accéder au palier supérieur du bonheur, et pour cela il faut savoir perdre la vue et les sens afin de les reconstruire sur un nouveau chemin beaucoup plus sain et beau que le précédent, boueux et piétiné par nos pas à y être resté trop longtemps. Les choses changent et bougent sans cesse. La vie sait à quel moment les êtres qui nous entourent ou la situation actuelle sont néfastes pour nous, c’est pour cela que les choses partent. Pour notre bien. Car elles sont belles lorsqu’elles sont neuves et pourrissent avec le temps, ce qui les rend dangereuses pour notre bien-être.

Pour comprendre et surmonter ces transitions nécessaires au bonheur, il faut de la force. Chacun a de la force puisque c’est toute l’énergie qui est puisée dans un seul et même corps. 

Elle boue en moi aussi fort que la braise chaude de la foudre!

Elle gémit et m’enlace toute entière pour éviter le trouble,

Elle est puissante et ravageuse comme le poing de fer de la mer!

Elle adoucit le regard et ternit l’obscurité,

Elle est douce et éclatante au soleil de la liberté,

Elle rayonne sur le visage de l’être qui la porte!

Elle est autoritaire et compacte dans la chair et le sang!

Elle est dans la tête et dans les yeux du rêveur,

Elle est dans le ventre et les mains du ravageur.

Elle est d’acier et de pétales,

Elle est de joie et de colère,

Elle est de terreur et d’excitation,

Elle est l’amour que l’on a pour soi.

La belle et puissante force que la magie nous offre,

Lorsque le chemin de la vie se construit sous nos pas hésitant.

Elle est l’émanation la plus persévérante d’un être!

La force que l’on a et que l’on aime,

La force qui nous maintient de façon si robuste!

La force qui nous donne l’équilibre de la liaison bouleversante vers l’aboutissement.

200 (24)