Concurrence féminine.

MYXJ_20170904172722_fast

Phénomène actuel? Perpétuel?

Phénomène naturel? Sociétal?

La femme se démène à être celle qui sort du lot. Parce que ouais, faut être la meilleure, la plus forte, la plus féminine, la plus studieuse, la plus… bref, faut être parfaite, sinon qu’est-ce que tu vaux?

Il y a souvent dans un groupe de femmes, cette concurrence plus ou moins consciente, plus ou moins non-voulue, entre amies, entre sœurs, entre connaissances… ce petit plus qu’on pense avoir ou qu’on aimerait faire voir….

Ce regard de feu lorsqu’on s’approche sans intention particulière de la potentielle proie déjà choisie.

Quelques piques par-ci, par-là – agression sociale.

« Toi tu te fais draguer? »

« Elle, elle a un copain?! »

« J’avoue que moi j’ai plus de plus beaux yeux que toi, t’as pas de chance »

« Non, mais tu fais quoi pour te faire autant draguer? T’es sûr que tu te fais pas des films? »

Voulu? Non voulu?

Conscient? Inconscient?

Critères basés sur quoi?

Les comparaisons. La majorité. La subjectivité. Le jugement.

Heureusement, les exceptions existent, nous les aimons, les remercions et nous avons la capacité de se remettre en question si la bêtise émane de nous.

#minimalisme #motscommeça #faisonscourt

JOrMAEiKlegzi7SerKovoWVIqGU

 

Publicités

La flemme de réussir

1509408963690

L’attente est passive, la persévérance non.

  • C‘est un aspect de la dépression et en un sens plus large, de la déprime – cette angoisse d’échouer après tant d’efforts, ce rejet du faux espoir qui dégoûte et qui fait baisser les bras.
  • Cette supercherie de la caboche qui fait croire qu’on donne tout ce qu’on a alors qu’on ne sort pas un iota de ses capacités. On croit être incapable de faire plus, alors qu’on s’interdit de faire la moindre chose. On ne fait que l’effort de se lamenter en rêvant de cet utopique but. « Bah.. j’en ai pas les moyens; j’en suis incapable; c’est impossible, c’est trop dur; la vie fait tout pour m’en empêcher ». Mais y a que toi qui t’en empêche et qui te freine à ce point-là! Faut pas, faut pas avancer avec les chaînes aux pieds, faut pas attraper ton rêve avec les mains menottées !
  • Bien sûr que le rêve n’est qu’une illusion tant que tu n’y as pas touché; mais la persévérance n’est pas veine, elle t’emmène au but par des chemins périlleux mais c’est l’aventure, c’est l’expérience, c’est pour la récompense ! L’attente et vaine et frustrante à souhait !
  • On attend que les choses se passent, que les choses arrivent, on est que spectateurs outrés devant leur télé, alors que des chaussures, c’est pour arrêter d’avoir mal aux pieds. On a mal aux pieds quand on marche trop, mais on se muscle et on va loin et jusqu’au but. Être acteur de sa propre vie, c’est fatiguant, mais c’est fatiguant aussi de ne rien faire. Je préfère être fatiguée de fatigue plutôt que de pleurer parce que rien est arrivé. Et même si le but n’est pas atteint, j’aurais essayé et surtout j’aurais appris ! J’aurais aimé, j’aurais détesté mais j’aurais pas attendu à m’ennuyer et à désespérer. L’impuissance est encore plus douloureuse lorsqu’elle est incitée!
  • Quand on ne fait rien, rien ne se passe; quand on essaie, les choses qui arrivent ne sont peut-être pas attendues mais il se passe quelque chose !
  • Des petits pas valent mieux que pas de pas du tout !
  • Des choses étonnantes se réalisent grâce aux efforts, même aux tout petits ❤
  • Et quand les petits efforts ne suffisent plus, place aux plus grands ! Parce que les talents, les capacités et les dons sont des muscles qu’il faut entretenir et travailler afin qu’ils soient de plus en plus fort.
  • Le pas le plus dur, c’est celui de se lever, ensuite c’est de rester debout, puis d’aider le second pas et de motiver tous les autres ! C’est une course aux cadeaux! Des cadeaux que l’on se fait à soi par la sueur de son âme et par l’amour que l’on porte à la vie.

Automne

21458256_10208736023072865_8321032943431457846_o

L’automne sonne sa tombée.

Sa tombée de fraîcheur qui rosit les joues des passants.

Ces passants qui respirent la douceur du temps,

Et profitent des derniers rayons de soleil

Qui réchauffent les joues fraîches.

Comme ce bon chocolat chaud où flotte légèrement

Une boule de glace qui frétille sur la langue

Et qui, embaumée par la fumante fumée

21878800_152512385346756_8364838667436425216_n

Se fond sous la couette du chocolat et s’emmitoufle au fond de la tasse.

Comme les feuilles d’un rouge éclatant, d’un brun reposé, d’un jaune scintillant, d’un orange gourmand.

Et parfois persistent çà et là des petites feuilles d’un vert vivant,

Où l’on croit que la vie continue jusqu’à son dernier souffle.

Ce souffle, cette brise qui décroche la dernière feuille

Pour sonner le glas de l’été et laisser mourir paisiblement la chaleur passée.

Et bientôt, oui patience, car tout meurt pour ressusciter,

Le printemps fera fondre la froide neige de l’hiver, même au delà des montagnes

De son amour éternel, en sommeil en automne.

99f33386

Un petit bout de BAUDELAIRE. – L’Idéal ~

um7ogT6lVFcIIOlpZTLhaGVCpZs

MYXJ_20170801150901_save

 

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,

Produits avariés, nés d’un siècle vaurien,

Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,

Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

 

Je laisse à Gavarni, poète des chloroses,

Son troupeau gazouillant de beautés d’hôpital,

Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses

Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal. fleurs005

 

Ce qu’il faut à ce cœur profond comme un abîme,


C’est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,

Rêve d’Eschyle éclos au climat des autans,

 

Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,

Qui tord paisiblement dans une pose étrange

Tes appas façonnés aux bouches des Titans.

JOrMAEiKlegzi7SerKovoWVIqGU

Qu’on lui coupe la tête !

IMAG3040

Petite réflexion du jour !

Aujourd’hui, parlons vengeance.

On nous élève souvent en nous apprenant que la vengeance est mauvaise et que rien ne sert de se venger, car « la roue tourne » ou parce que « ça n’en vaut pas la peine ». Mais réaction naturelle de l’être humain : se sentir blessé, trahi, non respecté, « on ne mérite pas ça », c’est injuste.

Cette notion de mérite, on la retrouve également de l’autre côté – celui de l’assaillant – il mérite la monnaie de sa pièce, il mérite la pareille. Donnant donnant. Œil pour œil, dent pour dent. Bref, on veut se venger et lui faire comprendre ce que ça fait ! C’est le juste retour des choses. On essaie de retrouver un ordre, l’ordre des choses; se venger afin d’annuler le mal qui a été fait – être « quitte ».

sFdVBYXoi59HKQDdev1YsMYoagc

« C’est bien fait ! » disent les enfants. En effet, à contrario de cette éducation pacifiste, on leur inculque cette notion de mérite. « Si tu travailles bien, tu auras de l’argent; l’argent est bien. », « si tu n’es pas sage, tu n’auras pas de cadeau ». C’est un système de récompense. La récompense est la bonne chose octroyée après la bonne action – en revanche la punition est administrée lorsqu’un mal a été fait. On punit ou on récompense selon ce mérite.

Par ailleurs, la justice, n’est-elle pas un moyen confectionné afin de se venger en toute légalité? Avec des témoins, des arguments, etc – pour appuyer sa cause et se sentir soutenu? « Comprenez comme je suis blessé et regardez les conséquences du mauvais acte et de la trahison ».

Et aussi, la vengeance, n’est-elle pas totalement naturelle? La vie se venge, lorsque « la roue tourne » – ce fameux karma – récolter ce que l’on sème, sans que personne ne se venge, le mal que l’on fait, ne nous revient-il pas toujours?

200 (12)

She’s back ! ♥

Aujourd’hui petit article spécial – une des plus belles choses qui me soit arrivée dans ma vie : ma meilleure amie.

Elle revient de Tahiti où elle y est restée 4 bonnes années et elle est enfin de retour !

Snapchat-196238011

Je suis fière de vous la présenter, car elle est l’une des rares personnes qui me relèvent chaque jour dans la vie et qui me motive au quotidien

Snapchat-680460588

Vous remarquerez ma jolie perruque rouge dont je suis totalement amoureuse ! Elle lui va encore mieux qu’à moi, car elle rappelle sa chevelure naturelle – elle a de beaux cheveux asiatiques foncés et tous lisses ! – avec la belle couronne de fleurs roses qui accessoirise très bien le look 🙂

Snapchat-774689531

Voilà 7 ans que l’on s’est rencontrées – c’était en 3ème au collège – période vestimentaire plus ou moins gothique pour ma part à l’époque haha 🙂 – rien à voir avec son look à elle !

On a toujours été très différentes et pourtant ! On se comprend beaucoup et malgré la distance et le temps, rien a changé. ♥

On a passé 3 jours ensemble où la carte bleue a chauffé ! Merci les soldes haha !

 

Snapchat-1289728548

La dernière fois qu’on s’était vues, c’était lors de son court passage en France à Evian-les-Bains pour un de ses stages professionnels – j’avais été la voir pour l’occasion durant 3 jours et on avait fait une petite escale en Suisse puisqu’on était à la frontière 🙂

 

Snapchat-2038300449

Beaucoup d’anecdotes durant ces 3 jours à Tours, des rires, de multiples choses à se dire.

 

 

 

Snapchat-2018934629Elle m’a encore bien gâtée ! ♥ – Nous faisons parties de ces rares personnes qui s’écrivent encore des lettres ! Il faudrait que je les compte, mais depuis le temps on a bien dû dépasser le seuil des 200 lettres – j’ai une grosse boîte remplie, il faudrait que j’investisse dans une autre !

Snapchat-1933953032

J’espère que vous avez/trouverez tous votre Chouquette ! Parce que c’est important pour le moral

Snapchat-219667372

Bonne journée à tous !

Snapchat-1940703712

Snapchat-1491350241

Snapchat-245881159

« T’es qu’une merde. »

giphy

« T’es qu’une merde »

« T’es nulle »

« Tu sers à rien »

« T’es moche »

« Tu sais pas t’habiller »

« Tu te crois belle, mais tu te trompes »

« T’as les cheveux poisseux ! »

« T’as le cœur noir? »

« Sale pute! »

« Tu ressembles à rien »

« Pourquoi t’es comme ça? »

« T’es grosse ! »

« T’es maigre, tu me dégoûtes  »

« Elle essaie de s’apprêter, mais c’est horrible ! »

« T’es nulle, t’es nulle, je peux rien faire pour toi »

« Tu ne réussiras jamais »

« Sorcière ! »

« Tsss crasseuse ! »

« Regarde ses chaussures, haha ! »

« Crache-lui dessus ! »

Ça, c’est du harcèlement moral. Ça, ça tue un enfant. Ça, c’est du venin venimeux. Ça, ça rend malade. Ça, ça ne s’oublie jamais. Le lynchage scolaire. Les élèves, les professeurs, parfois en famille. C’est pousser quelqu’un à la mort morale, à la mort physique, à la mort tout court. C’est comme des baffes en plein visage du matin au soir. Quand on est enfant ou ado, on n’a rarement les épaules assez robustes pour supporter un tel poids de haine. Réfléchissez. Soyez intelligents. Donnez seulement ce que vous aimeriez qu’on vous donne.

giphy (1)

AVOIR LE DROIT D’ÊTRE TRISTE

sFdVBYXoi59HKQDdev1YsMYoagc

♥ Nous avons le droit d’être triste. Positiver, avancer, se relever, sourire, s’efforcer… Il le faut pour réussir et être heureux ! Mais ce sont des efforts constants et continus et c’est parfois fatiguant. Oui, il y a des jours où pleurer à chaudes larmes fait du bien. Ça repose, ça assainie la crasse de l’effort, ça nettoie la sueur qui a coulé depuis un certain temps. Se plaindre de ses petits malheurs. Aller se coucher sous la couette, plein de tristesse et ne plus vouloir se lever. Détester tout et jurer. Se mettre en colère contre soi-même et contre les autres. Bouder. Vouloir tout arrêter.

1fz_T437trfbJBgu2oVvlVakY10

Il y a différents degrés de problèmes et de soucis et ils sont incomparables : ils ont tous une quelconque répercussion sur le moral et l’état d’esprit. Chacun les vit avec ses émotions.

Pleurer, c’est souffler et faire le point. Évacuer le trop plein pour repartir tout neuf et réamorcé. ♥

giphy (2)

JOUR DE PLUIE ♥ ☂

giphy (1)

Lorsqu’il pleut, j’aime retourner en enfance et me souvenir de mes sauts joyeux dans les flaques d’eau et de mes pas courageux dans les chemins boueux. Quelle liberté ! Jour pluvieux rime avec dimanche, peu importe le jour réel de la semaine. C’est très animal, on veut juste s’enfouir sous la couette et attendre que le déluge passe, en écoutant les gouttes de pluies tomber contre la vitre, en frissonnant sous le toit ruisselant, en regardant tomber l’eau du ciel. Essayer de capter et de fixer la vie d’une seule goutte. Cette petite goutte unique parmi la pluie que notre regard va percevoir, tomber à vitesse grand V, arriver au sol et se briser en éclat. Disparaître et se confondre avec les flaques au sol. Petit rappel d’automne avec les feuilles mortes trempées qui tapissent la route et les chemins. Peut-être que cette petite goutte avait une personnalité, une personnalité gentille ou bien téméraire. Était-elle inquiète d’atteindre le sol? Ou criait-elle de joie à l’adrénaline de sa chute? Pas d’inquiétude, elle s’élèvera à nouveau dans le ciel pour ressauter d’un nuage gris. 🌢 ☂

 

Un petit film ou un petit dessin animé. En pyjama et chaussettes. Un petit somme devant la chaleur emmitouflante du feu de cheminée. Un chocolat chaud qui paraît encore meilleur au creux du fauteuil à l’abris de l’averse. Et un élan d’imagination !

On a enfin trouvé le temps de faire toutes ces choses casanières qu’on a envie de faire depuis longtemps ! Merci la pluie ❤

🌢🌢🌢

giphy

Se faire aider pour renaître

Voilà un petit article sur lequel je viens de tomber et qui peut aider et motiver quelques personnes 🙂 Encore une fois, le temps et la persévérance payent toujours !

Aujourd’hui, j’ai envie de parler avec vous d’un sujet particulier, assez personnel (mais vu la teneur de bon nombre de mes articles ici, rien de bien « secret » non plus) qui me trotte dans la tête depuis quelques jours, voire semaines et qu’il me semble temps d’évoquer.

d03afa54306852c186563cdbc7519c2e

Vous savez tous (ou presque pour ceux qui ont pris le train en marche) que quand je suis rentrée d’Irlande, enceinte jusqu’aux dents, j’étais à terre, complètement paniquée, paumée, rongée par la culpabilité et la honte, la peur et l’envie irrésistible de mettre fin à mes jours. J’aurais pu me laisser glisser lentement vers la déraison et la folie (je n’en étais pas loin) mais je n’étais pas seule. L’enfant dans mon ventre, celui-là même qui m’avait donné l’impulsion du départ, m’imposait une remise à flot – même temporaire – pour lui donner naissance dans les meilleures conditions possibles.

Je peux dire que j’étais…

View original post 739 mots de plus