Fleur de pluie🌸

Si la pluie est si belle, 🌸

Si la douceur de la nuit 🌸

Si la lune éclaire, oui🌸

Mon chemin comme une mère, 🌸

Alors pourquoi le monde,🌸

Par tous les sens, disparaît ? 🌸

Si les fleurs sont si belles,🌸

Si j’ai tant de racines, 🌸

Pourquoi suis-je si peu?🌸

Je crois que les fleurs séchées 🌸

Me regardent et me trouvent laide. 🌸

Les murs se moquent de moi.🌸

Le sol se moque de moi.🌸

Les prises se moquent de moi.🌸

Ces poids greffés au bout des doigts,🌸

Me font crier, ces poids aux doigts.🌸

Je crie sans écho,🌸

Ils entendent des chants.🌸

Sont-ils les miens?🌸

Découpe les vers,🌸

Pleure les reins.🌸

Amour au complet 🌸

Si peu dans mes mains.🌸

Chagrin de vieillesse, 🌸

Jeunesse embuée. 🌸

Déni de tristesse,🌸

Au mal-être perpétué.

 

Tyrannitite aigüe

PicsArt_09-28-11.06.11Quelles sont ces plaintes,

Ces plaintes qui manquent d’entrain ?

Quel est ce vide,

Ce vide qui cache un tel fatras ?

Quel est donc ce verre qui se brise dans l’ignorance et l’indifférence ?

Dans ce silence que nul n’entend.

Quelle est cette agonie imperceptible  qui fait tant fuir mes semblables ?

Cette noirceur qu’on m’accuse d’être coupable.

Ne suis-je pas victime à vos regards ? À vos yeux noirs ?

Suis-je à l’image de mon bourreau ?

Est-ce alors une possession qui laisse mon âme tout à fait consciente ?

Quelle torture!

Ni la vie ni la mort ne répond!

Cet entre-deux qui est ma prison.

Ô! Pour quelle raison une enfant née promptement doit-elle purger une si lourde peine?

Les mots qui te parlent #19 : S – Soupir

Soupir.

Ah si seulement tout se passait comme prévu !

Soupir

Oh mon coeur a la gueule de bois parce que j’ai trop bu

Soupir

Mais oui, c’est en voulant marcher les yeux bandés

Que je suis tombée, les genoux tout écorchés.

Soupir

Il y a des maux qui coulent dans les veines, dans le sang

Et les mots de ma bouche qui me coupent les dents

Soupir

Je souill’ le lin blanc de mes yeux tuméfiés

La nuit d’encre fut rude, les oreillés inondés

L’onirisme rosé confronté à l’abîme

De la vie dépouillée, chiffonnée et cassée

Les violons pleurent l’épopée de la jolie poupée

Qui bouleversée un soir a voulu se découdre

Jusqu’à ce qu’un coffre contenant son bonheur

Enfermé depuis des siècles fait appel à dépoudre

Elle à qui ont avait inculqué ce doux leurre

Qui avait pour projet de la robotiser

Dans cet indigne monde qui l’aurait torturée

On voulait lui montrer que son corps était vide

Et que les sentiments partiraient en grandissant

Ainsi elle se crut souffrante lorsqu’ils prospéraient

Parce que les lacunes dans son être ont fini par la perdre

Dans ce fouilli infernal qu’elle croyait être vide

Mais ce sont les chaînes qui se sont emmelées

Le vide ne peut emmêler que le vide

Et le ventre trop noué, elle en chercha la clé

Pour comprendre un beau jour que le vide pouvait se combler

par la seule pensée que le fantasme est né

La poupée de chiffon grandit soudainement

Et ses souliers de verres se brisèrent promptement

Et sa peau de tissu s’adoucissa brusquement

Un sourire s’esquissa et marqua son visage

Et ses larmes coulèrent jusqu’à la fin des temps

Pour une toute nouvelle raison qui traversa les ans

Ses sentiments prirent sens et les offra aux ignorants

Parce que l’existence c’est pleurer ses malheurs et sourire au bonheur

C’est pour ça que les larmes désormais ont un coeur.

PicsArt_05-02-07.37.46

Soyez véritablement heureux

rose clair du vieux temps

Les gens désespérés font de mauvaises choses. À eux-mêmes comme aux autres. Mais en étant bourreau c’est eux-mêmes qu’ils tentent de mutiler profondément. Alors soyez véritablement heureux.

La fourberie est telle que certains désespérés pensent être heureux, parce qu’ils sont soutenus. Oui, leurs actes malfaisants sont soutenus par d’autres gens brisés. Ensuite se crée un effet de groupe, une pseudo force. Mais une force qui n’est qu’illusion. Cris, rires intenses, vices à outrances, insultes, vengeances, tromperies, etc. Les gens malheureux veulent détruire les autres avec eux, car bonheur soit-disant fragile, soit-disant faux. Ils veulent devenir immense et engloutir le monde dans leur bras sombres et glaciales. Parce que « pourquoi périr seuls ? » Tout le monde mérite de se désintégrer dans la douleur et le désespoir. Pourquoi avoir une sélection entre les êtres humains bien heureux et ceux qui pourrissent injustement ?

Se sortir de l’injustice, de toutes ses forces se sortir de l’injustice et du gouffre. Ne pas embrasser le fatalisme et l’abhorration. C’est trop cruel, ce n’est que se laisser tomber. Ce n’est que noircir volontairement.

De plus, ne soyez pas frustrés. Par pitié ayez le courage d’être vous-même et de ne pas devenir quelqu’un qui ne vous correspond pas parce que votre entourage veut vous l’obliger, a travers des arguments qui n’ont aucuns sens, ou qui n’ont de sens que pour eux. Car leur idéal passe avant votre bohneur. Qu’ils en aient conscience ou pas. Bien sûr qu’ils vous veulent du bien, mais parfois ils n’arrivent pas à comprendre ce qu’est votre véritable bonheur.

Car la frustration mène à la jalousie et toutes ces choses parasites qui vous rongeront et qui vous moisiront le cœur.

Car la frustration mène inéluctablement au mal-être, à l’incompréhension et à long terme à la méchanceté et à l’animosité.

Lunar-Eclipse-85148

Le monstre d’hiver

P80207-161758

La cuisinière à bois tel un monstre incommodant qui m’a sauvé. Difficile à nourrir ! Car c’est une bouche en plus – oui, à nourrir – et quelle bouche ! Son halène accrocheuse, que chacun devine et juge idiotement. Il nous a sauvé, il nous a sauvé des griffes lacérantes du froid, énorme monstre où péri le bois.

k7DiGg7QfAZvN1FALHzPx0xrrH4

Les enfants que nous étions se satisfaisaient du bruit et de l’effet que produisait la mort de l’eau sur son ardente plaque. La joie de réchauffer nos petites mains rougies après les avoir laver à l’eau froide

Il brunit les murs et empeste chez les pauvres, s’incruste dans les haillons et les cheveux cassés. Il est là à sauver les familles qui frémissent; son ardeur adoucissant les claques glaciales.

k7DiGg7QfAZvN1FALHzPx0xrrH4

Honte sociale qui rechauffe les draps. Mort le matin, nos mains doivent le sustenter à nouveau. Lorsque la nourriture se fait rare, le monstre dort ou est mort et jamais ne se réveille, jusqu’au prochain festin que nous pourront lui offrir.

received_2055693021322254

Un bout de tissu.

bout de jupe

J’ai décidé de qui j’allais être, mais je reste désespérément alitée. J’arrive pas à me décider à me lever. Paraît qu’il faut se lever tôt pour réaliser ses projets, mais je suis fatiguée, je suis fatiguée. Le sommeil, c’est important, quand on est vieux, on peut plus.

Alors j’me promène, pour respirer, parce que c’est étouffant quatre murs. Oui, c’est rassurant. J’ai pas la pluie sur la tête, mais les dents qui claquent.

Les fleurs, les arbres, les rivières sont d’une merveille ! De petites fées que je vois voler çà et là, je les vois s’activer entre les branches, jouer avec le soleil. Et lorsque non alitée dans mon lit de songes, je le suis dans l’herbe, le regard bien haut, yeux ne sachant pas s’il doivent s’ouvrir ou se fermer. En l’occurrence, laissez-moi mes yeux, ô défaillants, mais si plein de gratitude.

Parce que ces fleurs sont éphémères, elles reviennent chaque année toujours plus belles, effectuant toujours le même effort pour tout réapprendre, renaître, repousser, faner à nouveau, et se laisser caresser par la brise, les gouttes de pluie ou la main douce d’un flâneur passant.

bandes de fleurs angie euphorie

MNeBDy-RgUsAR9K161vPQdLfo2E

bande de fleurs 2 angie euphorie

MNeBDy-RgUsAR9K161vPQdLfo2E

bande de fleurs 3 angie euphorie

𝒫𝓇𝑜𝓈𝑒 𝒹𝑒 𝓁’𝒶𝒹𝑜𝓁𝑒𝓈𝒸𝑒𝓃𝒸𝑒.

yeux blancs triangle paillettes flouCertains se recroquevillent pour disparaître « oh par pitié! » dans le ventre de leur 𝓂è𝓇𝑒.

Je me suis arraché les 𝓎𝑒𝓊𝓍 pour ne plus vous voir.

Certains se bouchent ardemment les 𝑜𝓇𝑒𝒾𝓁𝓁𝑒𝓈 et plongent dans la surdité des profondeurs aquatiques, vers le sombre et l’imprudence. 

Je me suis percé les 𝓉𝓎𝓂𝓅𝒶𝓃𝓈 au couteau pour ne plus vous entendre.

Certains se brisent les poignets contre les 𝓂𝒾𝓇𝑜𝒾𝓇𝓈 hantés. J’ai décoré mes mains de mes blessures en de jolies fleurs renaissantes.

Aujourd’hui je suis heureuse de ce sarcophage qui me 𝓅𝓇𝑜𝓉è𝑔𝑒 des bruits stridents qui ont fait saigner mon âme.

Mon cœur en 𝓅𝓁𝑒𝓊𝓇𝑒 encore aujourd’hui et mon estomac tranché me fait souffrir. J’ai un trou de vide que vous avez creusé à vif.

Je marche brisée, cassée en deux en feintant la 𝑔𝓇𝒶𝓃𝒹𝑒𝓊𝓇.

Mais il paraît que la douleur a 𝓆𝓊𝑒𝓁𝓆𝓊𝑒 𝒸𝒽𝑜𝓈𝑒 de beau. La beauté de l’âme meurtrie. Parce qu’une âme qui ère seule dans son propre vide chante. Elle 𝒸𝒽𝒶𝓃𝓉𝑒 parce que c’est beau d’entendre son écho chanter pour elle.

𝐸𝓁𝓁𝑒 𝓈𝑜𝓊𝓇𝒾𝓉.

200wF126PVYZ

Certains se recroquevillent pour disparaître « oh par pitié! » dans le ventre de leur mère.

 

 

Lє prσвlèmє αvєc lєѕ tαtσuαgєѕ, c’єѕt lєѕ αutrєѕ.

éclat rose noir intense

Le problème quand tu es une personne tatouée – que tu en ais deux ou que tu ais le corps recouvert – , c’est que les gens se sentent obligés de donner leur avis alors qu’on ne leur a rien demandé. C’est comme juger l’état de ta maison quand t’as pas eu le temps de faire le ménage, tu vois, c’est un manque de bienséance de leur part. Voici donc les remarques les plus fréquentes ainsi que les réactions qui en découlent.

Voici donc ce que je pense, ce que je leur explique et ce qu’ils veulent entendre.

  • ᴘσᴜʀǫᴜσí ᴛ’αѕ ғαíᴛ çα?

Ce que je pense : Euuh, parce que j’en avais envie? Tu crois que j’allais dépenser une fortune pour rien?

Ce que je leur dis : C’était important pour moi, ça m’aide au quotidien, et puis c’est une œuvre d’art, c’est comme un tableau, une peinture qui plus est est sur moi, c’est ouf ! C’est d’autant plus fort !

Ce qu’ils veulent entendre : Je sais pas, j’ai fait le con…

  • ᴍαíѕ ᴛᴜ ᴛє ᴠσíѕ αᴠєᴄ ᴄє ᴛαᴛσᴜαɢє à 40 αɴѕ ?

Ce que je pense : Tu sais, quand on se fait tatouer, on sait que ça dure toute la vie, alors oui, j’ai pas fait ça pour le garder 10 ans 😀

Ce que je leur dis : Bah oui, je serai toujours moi en fait.

Ce qu’ils veulent entendre : Non, t’as raison… c’est trop gamin pour une vieille, c’est vrai que plus on vieillit, plus on doit être sérieux et surtout arrêter de faire les choses qu’on a envie de faire, parce que « c’est plus de notre âge ».

  • Cᴀ ғᴀɪᴛ sᴀʟᴇ.

Ce que je dis et ce que je pense : Tu compares une œuvre d’art à un gribouillis d’enfant? Tu dis ça aussi d’une sculpture ou d’un tableau? Et tu sais, avoir un tatouage, ça demande pas mal d’hygiène, je suis sûre que je suis plus propre que toi 🙂

Ce qu’ils veulent entendre : Ouais, je suis une grosse dégueulasse.

  • ᴄᴀ ғᴀɪᴛ ᴘᴀs séʀɪᴇᴜx, ᴛᴜ ᴛʀᴏᴜᴠᴇʀᴀs ᴊᴀᴍᴀɪs ᴅᴇ ᴛʀᴀᴠᴀɪʟ

Ce que je pense : il serait peut-être tant que les gens pètent un bout coup et s’ouvre un peu, C’EST PAS UNE MALADIE D’AVOIR UN JOLI DESSIN SUR SOI.

Ce que je leur dis : Je cache mes tatouages et puis si je suis refusée pour ça, ça s’appelle de la discrimination. C’est comme si on me refusait parce que je suis grosse ou trop maigre…

Ce qu’il veulent entendre : Ouais, je suis dans la merde, je serai chômeuse toute ma vie, c’est vrai d’ailleurs que tous les gens aux chômage sont tatoués…

  • ᴀʜ ᴍᴏɴ ᴅɪᴇᴜ ! ᴛᴜ ᴛᴏᴜᴄʜᴇs ᴛᴏɴ ᴛᴀᴛᴏᴜᴀɢᴇ, çᴀ ᴛᴇ ғᴀɪᴛ ᴘᴀs ᴍᴀʟ ?

Ce que je pense : Si énormément, et les gens tatoués de la tête au pied ils peuvent même pas être touchés ni s’asseoir sur une chaise, sinon ils crient de douleur, impossible à vivre, quelle bande de SM.

Ce que je dis : Tu te fiches de moi?

Ce qu’ils veulent entendre : Si de ouf ! J’aurais jamais dû faire ça, quelle torture !

  • ᴛᴜ ᴠαѕ ᴛ’єɴ ʟαѕѕєʀ, ғαᴜᴛ ᴘαѕ ғαíʀє çα, ᴛᴜ ᴠαѕ ʀєɢʀєᴛᴛєʀ ᴄ’єѕᴛ ѕûʀ, ᴘєᴜ íᴍᴘσʀᴛє ʟα ѕíɢɴíғíᴄαᴛíσɴ

Ce que je pense : Non. Je suis pas toi qui te lasse de tout, même de ta copine.

Ce que je dis : Si tu te fais tatouer le prénom de ton copain (ou de ton mari), oui il y a de grandes chances que tu regrettes, mais je ne pense pas regretter un tatouage hyper positif qui me relève chaque jour. Faut éviter d’y foutre une signification morbide, pour ma part en tout cas.

Ce qu’ils veulent entendre : Putain, grave ! J’aurais jamais fait ça si tu me l’avais dit avant :O

  • ᴍᴀɪs ᴛᴜ sᴀɪs, ᴏɴ ᴄʜᴀɴɢᴇ ᴅᴀɴs ʟᴀ ᴠɪᴇ, ʟᴀ sɪɢɴɪғɪᴄᴀᴛɪᴏɴ ᴅᴇ ᴛᴏɴ ᴛᴀᴛᴏᴜᴀɢᴇ ᴀᴜᴊᴏᴜʀᴅ’ʜᴜɪ ɴ’ᴇxɪsᴛᴇʀᴀ ᴘʟᴜs ᴅᴀɴs ǫᴜᴇʟǫᴜᴇs ᴀɴɴées.

Ce que je pense : Non.

Ce que je dis : Je prends un exemple. Si tu te fais un tatouage qui signifie « soit toujours fort, relèves toi à chaque fois ». Tu vas le regretter? Ou tu changes à ce point-là?

  • ᴛᴜ ᴛ’ᴇs ғᴀɪᴛ ᴛᴀᴛᴏᴜᴇʀ ᴜɴ ɴᴏᴜɴᴏᴜʀs ᴘᴀʀᴄᴇ ǫᴜᴇ ᴛᴜ ᴀɪᴍᴇs ʟᴇs ɴᴏᴜɴᴏᴜʀs? / ᴛᴜ ᴛ’ᴇs ғᴀɪᴛ ᴛᴀᴛᴏᴜᴇʀ ᴜɴ ʀᴜʙᴀɴ, ᴘᴀʀᴄᴇ ǫᴜᴇ ᴛᴜ ᴀɪᴍᴇs ʟᴀ ᴍᴏᴅᴇ?

Ce que je pense : Comment peut-on être si prosaïque et avoir si peu d’imagination?

Ce que je dis : On ne juge pas un livre à sa couverture. 

Ce qu’ils veulent entendre : Ouais, c’est tout-à-fait ça ! Comment tu as deviné? 😀

  • ᴄ’ᴇsᴛ ᴛᴇʟʟᴇᴍᴇɴᴛ ᴘʟᴜs ʙᴇᴀᴜ ᴜɴ ᴄᴏʀᴘs ɴᴀᴛᴜʀᴇʟ, ᴄ’ᴇsᴛ ᴛʀᴏᴘ ᴅᴏᴍᴍᴀɢᴇ ᴄᴇ ǫᴜᴇ ᴛᴜ ᴀs ғᴀɪᴛ.

Ce que je pense : Pour toi, pas pour moi. Et quel ennui toutes ces feuilles blanches!

Ce que je dis : Tatouée ou pas, il y a toujours quelque chose à dire. Soit t’es trop maigre, faut manger plus; soit t’es trop grosse, faut moins manger; soit t’es trop grande, c’est handicapant, soit t’es trop petite, ça doit pas être facile, etc…

Ce qu’ils veulent entendre : Ah ouais, tu trouves? Dommage, on aurait pu se pécho si j’avais pas fait ça 😦

  • ᴍᴀɪs ǫᴜᴀɴᴅ ᴛᴜ sᴇʀᴀs ᴠɪᴇɪʟʟᴇ çᴀ ᴠᴀ êᴛʀᴇ ᴛʀᴏᴘ ᴍᴏᴄʜᴇ, ᴛᴏɴ ᴅᴇssɪɴ ᴠᴀ êᴛʀᴇ ᴄᴏᴍᴘʟéᴛᴇᴍᴇɴᴛ ʀɪᴅé.

Ce que je pense et ce que je dis : Et quand tu n’as pas de tatouage, tu ne deviens pas ridé ? Et puis un corps, ça s’entretient tant qu’on le peut. Ah oui, et puis à qui tu veux plaire à 90 balais?

Ce qu’ils veulent entendre : Ouais grave, honte à moi sorcière que je serai.

  • ᴏᴜᴀɪs, ᴍᴀɪs ᴇɴ ᴄᴏᴜᴘʟᴇ ᴛ’ᴇs ᴘᴀs ʟᴀ sᴇᴜʟᴇ à ᴅéᴄɪᴅᴇʀ

Ce que je pense : Tu crois que mon conjoint est maître de MON corps?

Ce que je dis : bah si, c’est mon corps. Et puis si mon copain m’a choisi comme ça, c’est qu’il m’accepte et qu’il connaît mes projets.

Ce qu’ils veulent entendre : Je ne ferai rien sans son accord, c’est lui qui décide ! #50nuancesdegrey

  • ᴀᴠєᴄ ʟє ᴛєᴍᴘѕ çα ᴅєᴠíєɴᴛ ᴍσᴄʜє.

Ce que je penseCeux qui deviennent moches sont ceux qui ne sont pas entretenus. Il faut faire des retouches.

Ce que je dis : Ceux qui deviennent moches sont ceux qui ne sont pas entretenus. Il faut faire des retouches.

Ce qu’ils veulent entendre : Oui, j’aurais jamais dû faire ça, j’irai me cacher.

  • ᴘᴏᴜʀǫᴜᴏɪ ᴛ’ᴀs ғᴀɪᴛ ᴄᴇᴛᴛᴇ ᴄᴏɴɴᴇʀɪᴇ?

Ce que je pense : J’ai brûlé une voiture moi? J’ai tué quelqu’un? Ah ouais, non en fait 🙂

Ce que je dis : Parce que je suis vilaine.

Ce qu’ils veulent entendre : J’ai été conne, tu sais quand on est jeune, on ne sait pas ce qu’on fait.

  • ᴇᴛ sɪ ᴛ’ᴀs ᴜɴ ɢᴏssᴇ ᴘʟᴜs ᴛᴀʀᴅ, ɪʟ ᴠᴀ ᴀᴠᴏɪʀ ʜᴏɴᴛᴇ ᴅᴇ ᴛᴏɪ, ᴄᴏᴍᴍᴇɴᴛ ᴠᴀ-ᴛ-ɪʟ ʟᴇ ᴘʀᴇɴᴅʀᴇ ?

Ce que je dis et ce que je pense : Euh.. tu sais que ce que connait un enfant dès la naissance, c’est super naturel pour lui? Genre avoir des cheveux… Quand t’as une tâche de vin sur le visage, tu crois que ça va le choquer? Bah non, parce qu’il te connaît que comme ça et c’est tout. C’est comme ça, point. Et puis, faut élever son gosse avec un peu plus d’intelligence et d’ouverture, merci au revoir. Être une bonne mère n’a rien à voir avec ton apparence, sinon on serait pas dans la merde.

Ce qu’ils veulent entendre : Il sera tellement traumatisé que je vais tout enlever !

Voilà 🙂 comme ça, ça évitera qu’on se répète sans cesse. Juste un copier-coller et hop! ça leur fera un peu de lecture!

Que retirer de cet article? Tu fais ce que tu veux tant que tu sais ce que tu fais, sinon tu ne fais jamais rien. D’ailleurs, le fait d’écouter les bêtises des gens et de se priver de ses rêves et de ses projets pour eux fait partie des 5 regrets les plus fréquents chez les mourants.

Bisous ❤